Axes importants du Rééquilibrage Sensoriel et Moteur® 

► Raisons

L’enfant, malgré son intelligence, n’arrive pas à faire sereinement et sans fatigue ce qui lui est demandé ?

C’est souvent un enfant empêché dans son corps de faire ce qu’il veut.

Ce n’est pas qu’il ne veut pas c’est qu’il NE PEUT PAS. Pourquoi ne peut-il pas ?  sans doute, est-il, interdit par ses réflexes archaïques qui, pour une raison ou une autre, ne se sont pas bien intégrés.

► Réflexes archaïques (ou primitifs ou de survie)

Tout bébé arrive au monde avec des réflexes : « réflexes archaïques » ou réflexes primitifs ou encore de survie. Ainsi, le réflexe de succion, la marche automatique ou le réflexe d’agrippement en sont trois exemples assez connus.

Ces réflexes se transforment, normalement, durant la première année de vie, au fur et à mesure que le cerveau se développe.

Au final, les réflexes posturaux se mettent en place qui, eux, s’installent « pour la vie ». Lesdits réflexes posturaux permettent de continuer le développement dans des conditions optimales : une posture intégrée, une pensée structurée, des gestes justes et précis (coordinations, dissociations).

Si un ou plusieurs de ces réflexes n’ont pas été transformés au bon moment, ils restent actifs. Alors ils fragilisent le fonctionnement moteur, perceptuel, émotionnel et cognitif de l’enfant. Par conséquent, celui-ci devra, en permanence, faire des efforts pour des apprentissages qui lui seraient venus automatiquement s’ils n’avaient pas été contrariés à un stade antérieur. Et cela bien que l’enfant soit parfaitement normal, et souvent très intelligent.

► Exemples

Chaque réflexe « retenu » porte atteinte à une ou des fonctions bien précises.

  • Le bras se raidit quand l’enfant se met à écrire : tel réflexe se cache dessous.                                                       C’est pourquoi, le sujet devra faire des efforts de compensation, qui nuiront à sa capacité d’expression écrite.

  • Si les yeux « jouent des tours »,                                                                                                                                                   c’est que la coordination de l’équilibre corporel n’est pas conjointe avec les mouvements des yeux : un autre réflexe se cache là.                                                                                                                                                                    Les lettres semblent danser sur la page ou encore apparaissent dans un ordre différent selon le degré de fatigue. L’enfant sera, peut-être, dyslexique, ou ne saura pas, en fin de CE1, lire facilement et copier sans faute.

  • Votre enfant est hypersensible ou hyper-réactif aux stimuli visuels ou auditifs ?                                                         Il est agité et souffre de troubles de la concentration ? C’est encore un autre réflexe.

  • Le sujet est instable émotionnellement, perd facilement ses moyens et oublie d’un jour à l’autre ce qu’il a appris : encore un réflexe archaïque !


► Rééquilibrage

Le Rééquilibrage Sensoriel et Moteur®(R.S.M.) permet d’accompagner le sujet en difficulté.

Nous choisirons, en fonction de lui et de ses difficultés, des mouvements. Puis, ceux-ci seront répétés selon une rythmicité adaptée, le plus souvent aidé des parents.

Tout d’abord, ces mouvements vont permettre de réactiver, les unes après les autres, les étapes incomplètes du développement. Ainsi le sujet s’épanouira, ses capacités, jusque là empêchées, pourront s’exprimer.

► Pour qui ?

Cette méthode aide les personnes rencontrant un certain nombre de difficultés :

  • Difficultés d’apprentissage scolaire (troubles de l’attention et de la concentration)

  • Dysgraphie

  • Dyslexie

  • Dysorthographie

  • Dyspraxie

  • Troubles de la latéralité et de l’organisation spatio-temporelle et du rythme

  • Instabilité psychomotrice / Impulsivité / Hyperactivité

  • Troubles de la maturation nerveuse et de la régulation tonique

  • Troubles du schéma corporel

  • Retards du développement psychomoteur

  • Discordances du développement

  • Inhibition – Asthénie

  • Tics

  • Troubles du comportement

  • Troubles psychosomatiques

  • Symptômes liés au stress à l’angoisse ou l’anxiété  (douleurs abdominales, palpitations, insomnies…)

  • Agressivité

Cette liste n’est pas exhaustive.